Conseils,

10 étapes vers l’écurie du futur

L’architecture équestre actuelle est en pleine mutation : amélioration des conditions de vies des chevaux, respect de l’environnement, diminution de la pénibilité de travail…

L’écurie du futur intègre trois points interconnectés : le social, l’économie et l’environnement. Le social pour ce qui concerne la qualité de travail et de vies des Hommes de cheval et des équidés, l’économie, qui prend en compte les coûts à cours et long terme d’une exploitation, et enfin l’environnement, qui définit le respect des écosystèmes dans un contexte plus ou moins local.

Ces trois points s’influencent mutuellement : retour sur les 10 étapes vers l’écurie du futur by HORSE STOP®

Penser chaque lieu
Chaque contexte, qu’il soit économique, environnemental ou social est unique. Un lieu, qu’il soit construit ou non, fait partie d’un écosystème local qui est doit être pris en compte : espèces végétales et sols existants, reliefs du terrain, proximité de bâtiments voisins, etc. Tous ces éléments font partie dès règles du jeu de la conception et l’aménagement de vos structures. Chez HORSE STOP® notre approche paysagère et architecturale est contextuelle ! Ce n’est pas le lieu qui est adapté aux aménagements, mais les aménagements conçus en fonction des spécificités des lieux.

Transformer l'existant

L’écurie du futur n’est pas synonyme de construction neuve ! Chez HORSE STOP® nous pensons que le futur de l’écurie réside aussi dans la transformation de l’existant. Aujourd’hui véritables enjeux économiques et environnementaux, la rénovation ou réhabilitation ou l’extension se fait selon plusieurs critères, qui peuvent être tant de l’ordre esthétique et structurel que pour améliorer le bien-être de ses occupants. Création de boxes-terrasses, percements de nouvelles ouvertures, isolation plus performante, amélioration des flux piétons et chevaux… Cela permet d’économiser les coûts d’une construction supplémentaire tout en limitant l’impact de gros œuvres importants.

Respecter les sols

Les chevaux compactent les sols par leurs poids avec leurs sabots et sont responsables d’une dégradation des sols notamment en hiver : boue, gadoue, etc. Outre des conditions de travail difficile, la non-stabilisation des sols laisse aussi les chevaux dans la boue ce qui favorise la transmission des bactéries et plus de leur être impossible à vivre. Avec la dalle stabilisante HORSE STOP l’impact des sabots est évité et le sol va retrouver son drainage naturel, contrairement à une dalle béton. Le sol stabilisé est moins coûteux qu’un sol en béton : une dalle béton coulée : entre 30 et 40€ le m² contre entre 15 et 20€ le m² de dalle stabilisée toutes marques confondues. Lutter contre la bétonisation permet de prévenir les inondations et contrôler les ruissellements.

En savoir plus sur la stabilisation

Utiliser des matériaux recyclés

Le recyclage est un processus encore peu ancré dans la filière équine. Petit à petit le cycle de vie d’un produit ou d’un matériau commence à être pensé dès sa conception. Notre sol de carrière ou manège, l’Amortisol par exemple est un bel exemple de recyclage : une seconde vie est offerte à ce matériau recyclé. Il s’agit de copeau de feutre. Mieux ! Ce sol nécessite très peu d’arrosage ce qui a impact général sur la consommation d’eau globale d’une structure.

Nos dalles stabilisantes sont aussi de plastiques recyclés.

Il est également possible de recycler des produits HORSE STOP® : nos filets à foin par exemple sont recyclables ! Encourager par le Label Equures, des coopératives récupèrent nos filets.

En savoir plus sur l’Amortisol

En savoir plus sur nos filets à foin

Recycler vos ficelles ici ou

Favoriser les filières locales

Chez HORSE STOP® nous essayons au maximum de favoriser nos bois locaux. Par exemple pour la construction bois, nous mettons en avant le douglas français, issu de forêts près de nos locaux. Sa fabrication est locale issue de forêts gérées durablement. Les émissions de CO2 dues au transport sont donc moindres. C’est de plus un bois non traité mis à part l’insecticide : ces rejets chimiques sont donc nuls. Utilisé pour les structures ou les façades de votre projet, le douglas n’a d’ailleurs pas un coût supérieur à d’autres essences de bois utilisés plus traditionnellement.

Limiter l'énergie de production

La prise en compte du développement durable englobe aussi une dimension sociale : le travail des hommes et des femmes de cheval. HORSE STOP® s’est toujours engagé à travers son histoire à faciliter la vie de ces clients au travers d’une ingénierie équestre et d’un service recherche dédié. Nos solutions sont trop nombreuses pour être toutes citées : écurie active, automate de distribution, sols et séparations de boxes adaptés au curage mécanisé, flux humains et équins optimisés, distribution fourrage facilité…

 

Rentabiliser les énergies vertes

Les énergies vertes telles que le photovoltaïque ou l’éolien sont de plus en plus mis en place nos écuries françaises en vue d’une autonomie énergétique. Dans les régions côtières ou venteuses, de petites éoliennes privées peuvent prendre place tandis que dans les régions ensoleillées ou plus dans les terres le photovoltaïque. Orientés vers le soleil, ils peuvent prendre place sur les toitures des structures dans plusieurs but : éclairage des espaces intérieurs (manège, club house, écurie…), chauffage… Nos abreuvoirs extérieurs chauffants peuvent être couplés par exemple à des panneaux photovoltaïques.

En savoir plus sur nos abreuvoirs chauffants

Bannir les substances nocives

Le bannissement des matériaux cancérigènes et nocifs pour l’environnement, les Hommes et les chevaux est notre priorité. Il y a une dizaine d’années le mercure et l’arsenic étaient encore autorisés dans le traitement des clôtures en bois : aujourd’hui les compositions chimiques se sont améliorées. Chez HORSE STOP®, nous nous sommes toujours engagés à vendre des clôtures sans créosote, même avant son interdiction, qui est polluante, toxique et cancérigène. Nos clôtures sont garanties classe IV et la rétention SP est possible, elles sont certifiées CTB P+.

La certification CTB P+ atteste de :

  • de l’efficacité et de l’aptitude à l’usage des produits qui s’expriment par une durabilité suffisante dans leur fonction,
  • du maintien de la qualité des produits par des audits techniques réguliers de leur fabrication et de leur contrôle sur site de production.
  • de la pertinence de l’information technique émise par les fabricants.

En savoir plus sur le traitement des clôtures

En savoir plus sur la creosote

Aménager un chantier vert

Le chantier d’un centre équestre ou d’une écurie peut également être réfléchi de manière a un avoir un impact moins négatif sur les écosystèmes locaux. Pendant la durée des travaux, créer à proximité immédiate des habitats de substitution pour les insectes, reptiles ou certains mammifères (chauves-souris …), respecter les cours d’eau, sensibilisation des intervenants et artisans, etc. Le chantier peut également être adapté si des chevaux logent sur place pendant la durée des interventions.

S'entourer de professionnels

Les 10 étapes vers l’écurie du futur reposent avant tout sur des hommes et de femmes, et des savoir-faire. C’est pourquoi, en plus d’une équipe commerciale dynamique, d’un service administratif disponible, d’un service logistique réactif HORSE STOP® est doté d’un bureau d’étude équipé des outils de conception bois et métal les plus récents, mais également d’un ingénieur spécialisé en aménagement équestre et d’une architecte équestre qui assurent un conseil et un accompagnement aussi bien dans la conception d’infrastructures que dans les spécificités de tous les métiers de la filière équine.

Contrairement aux idées reçus, passer par un professionnel est gage d’économie :

  • le professionnel vous conseille sur les matériaux et produits les plus adaptés à votre activité et terrain
  • il vous permet de maîtriser votre budget, sans surprise
  • il vous évite des erreurs qui engendrait des coûts supplémentaire
  • il pense à long terme : un bâtiment de meilleure qualité vieillira mieux, il pourra même anticiper les différentes phases de votre projet
  • il est responsable de sa conception

 

Parlez-nous de votre projet

 

 

0aucun commentaire

writer

Ariane Lefebvre est architecte équestre diplômée d’état et cavalière engagée. Elle défend l’idée que l’habitat équestre n’est pas adapté aujourd’hui à la nature des chevaux. Elle a consacré deux mémoires de Master recherche (ENSA Paris-Malaquais). Le premier, consacré aux écuries actives et intitulé « Ecurie active : à cheval sur le numérique ». Le deuxième, réalisé à l’occasion de son projet de fin d’études et qui a pour titre « Plaidoyer pour une architecture équinocentrée », est basé sur l’architecture et l’aménagement territorial du point de vue du cheval. Après une première expérience en agence d’architecture, où elle a pu développer le pôle équin Aba Horse Wild, qui prône une architecture éthique du cheval, elle rejoint HORSE STOP® en 2019. Sa pratique architecturale se centre sur l’expérience de l’usager-cheval dont les sensations, perceptions et modes de vies sont explicitées dans les études éthologiques : le cheval est au centre de son architecture.

Laisser un Commentaire