Bien-être,

Comment résoudre les stéréotypies chez le cheval?

Les stéréotypies sont définies comme la répétition inlassable d’une attitude, d’un geste, d’un acte sans but intelligible. Chez les équidés, elles prennent la forme de tic à l’appui, à l’air, tic déambulatoire, de l’ours, ou d’encensement… Développées en réponse au stress, à l’ennui, à la privation de contact, elles sont souvent déconcertantes pour leur propriétaire. Petit tour d’horizon de ces stéréotypies, et conseils pour prévenir leur apparition.

Stéréotypies orales ou locomotrices, de quoi s’agit-t’il ?

Les stéréotypies orales impliquent la bouche du cheval. Le tic à l’air, avec ou sans appui, consiste à provoquer une entrée d’air dans son œsophage. Outre un bruit rauque caractéristique, on observe un amaigrissement, et une usure excessive des dents (et du matériel) pour les chevaux qui prennent appui. Ce tic est parfois observé chez de très jeunes poulains, même avant sevrage. Le lien entre le tic et la présence d’ulcères n’est pas établi. Ce tic n’engendre pas d’entrée d’air dans l’estomac mais une production de salive, qui en limite potentiellement l’acidité, notamment chez les chevaux avec peu de fourrage à disposition.

Certains chevaux sortent leur langue, font claquer leurs lèvres en secouant la tête ou lèchent inlassablement un équipement à la portée.

Les stéréotypies locomotrices regroupent le tic de l’ours – le cheval se balance d’un antérieur sur l’autre, ou déambulatoire –le cheval tourne en rond ou fait des allers retours incessants – et l’encensement – le cheval balance sa tête de bas en haut.

Causes prédisposantes

Le sevrage a un impact considérable car, associé à de nombreux changements, il est particulièrement stressant pour le poulain. Les effets sur l’apparition de tics sont plus marqués lorsque le poulain est sevré seul et nourri avec une ration à base de concentrés.

Da façon générale, les facteurs de risques d’apparition sont :

  • Des quantités de fourrages journalières trop faibles engendrant ennui et inconfort digestif,
  • La limitation du contact (olfactif, visuel, physique) avec des congénères),
  • La restriction du mouvement (box trop petit, sorties limitées),
  • L’appauvrissement du milieu de vie (absence d’interactions, de stimulation, de distractions).

Moyens de traitement, de prévention ?

Il est difficile de faire disparaître un tic installé, notamment le tic à l’air : le risque majeur étant le report sur un autre tic.

La solution consiste à agir sur les conditions de vie :

  • Améliorer les conditions de sevrage : pas trop précoce, en groupe, avec un régime riche en fibres afin d’inciter le cheval à mastiquer plus longtemps,
  • Optimiser la quantité de fourrage journalière disponible : minimum 1,5 kg de matière sèche/100kg de poids vif soit au moins 7 kg bruts/j pour un cheval de 550 kg,
  • Diagnostiquer et traiter les éventuels ulcères,
  • Favoriser les contacts sociaux au box (cloisons basses ou amovibles, stabulation) ou au pré.
  • Permettre un accès à une aire d’exercice type paddock quotidiennement

Le changement de mentalités engendré par les différents résultats de recherches amène à repenser fondamentalement les modes de conduite et d’hébergement des chevaux. L’écurie dite « active », dont l’objectif est de répondre au mieux aux besoins des chevaux quelle que soit leur activité (élevage, travail) constitue peut-être une piste à explorer pour limiter l’expression de ces comportements stéréotypiques.

Laetitia Marnay, Ifce

Plus d’informations sur les stéréotypies et l’écurie active :

> Sur www.haras-nationaux.fr

> Sur www.equivod.fr : « C. Dubois – équi-meeting infrastructures 2014 – «  Une écurie “active”, la ferme de Randeynes »

> En savoir plus sur le concept Écurie active

> En savoir plus sur la Ferme de Randeynes, une écurie active

Photo © J.Schneider – IFCE

En lien

0aucun commentaire

writer

The author didnt add any Information to his profile yet

Laisser un Commentaire