Carrière & manège,

Comment bien drainer une carrière

Le drainage d’une carrière est à la fois indispensable et souvent un casse-tête. Qui n’a jamais entendu parler de drainage bouché ou de carrière transformée en piscine ? Afin de faire le point et de ne pas tomber dans les pièges du drainage qui ne fonctionne pas, faisons un petit point sur les fondamentaux ainsi que les trucs et astuces en matière de drainage de sols équestres.

Cohérence entre sable de couche de travail et drainage

Condition sine qua non pour la création d’un sol drainant : la perméabilité du sable de couche de travail. En effet, les microsables les plus fins dont la granulométrie est en dessous de 0/ 250 µ sont généralement très peu perméables. Sur ses surfaces, l’eau est évacuée par la pente jusqu’à un exutoire composé d’un caniveau ou d’une tranchée drainante en périphérie de la carrière.

Pour les sables plus gros, la perméabilité est au rendez-vous à condition que le sable soit suffisamment « propre », c’est-à-dire qu’il ne contienne pas trop d’argile ou de particules fines susceptibles de colmater un drainage. Dans ce cas, on peut installer le sable sur une structure drainante

Couche drainante continue ou réseau de drains ?

Il y a deux façons d’installer un drainage : la couche drainante continue ou un simple réseau de drains.

La couche drainante continue est une épaisseur de matériau drainant qui se trouve sous la couche de travail. Elle représente une certaine capacité en eau et l’eau y circule librement selon les pentes pour être récupérée par des drains placés en dessous. Cette technique a l’avantage d’offrir une surface de perméabilité uniforme et de grande vitesse de drainage. La carrière est utilisable par tous les temps et aucune flaque ne se forme. La difficulté c’est qu’elle est techniquement plus complexe à réaliser car elle demande une bonne maitrise technique des matériaux pour bien gérer les interfaces entre les couches. La solution la plus fiable est encore d’utiliser des dalles de stabilisation remplies de gravillons drainants pour réaliser cette couche drainante continue sans risquer la déstabilisation de la structure.

L’autre technique consiste à installer un réseau de drains sous la carrière. C’est une solution économique mais moins performante. En effet, l’eau, en suivant la pente doit rejoindre chaque drain avant d’être évacuée, ce qui peut prendre un peu de temps. C’est donc une technique à réserver à des carrières dont l’utilisation est moins intense et qui ne sont pas indispensables tout le temps car elles vont demander un petit temps de ressuyage à la suite de fortes précipitations. Le point technique à surveiller est la protection des tranchées drainantes par des dalles de stabilisation. C’est impératif car la surface des drains est plus meuble que celle de la plateforme. On appliquera la technique décrite sur le schéma ci-dessous.

Plan de drainage

Collecteurs

Ce sont les gros drains implantés en points bas. Ils longent la carrière en point bas. Il est recommandé d’utiliser des drains routiers ou drains à cunette installés dans une tranchée drainante. S’ils comprennent des angles il est judicieux de les traiter avec des regards de type 40 x40 permettant une visite en cas de doute sur l’efficacité du drainage ainsi que d’y faire passer un furet en cas de doute sur leur bouchage. Les collecteurs auront une pente d’au moins 0.5 %.

Implantation des drains

Les drains seront composés d’un tuyau de drainage installé dans une tranchée drainante. Leur implantation est importante. On réalise généralement des drainages en arête de poisson mais ce n’est pas obligatoire. La règle à suivre est la suivante : Le drain doit couper la ligne de plus grande pente avec un angle d’au moins 45°. La rapidité du drainage varie en fonction de l’écartement des drains. Pour une couche drainante continue, un écartement des drains de 15 à 20 m est suffisant car la réserve en eau de la couche drainante est importante. Pour un simple réseau de drains, on évitera un écartement des drains de plus de 10 m. la pente générale de la carrière étant voisine de 0.5%.

La pente des drains et des collecteurs sera d’au moins 0.5%

Exutoire

Il est recommandé d’installer un regard de visite entre le collecteur et l’exutoire de façon à contrôler l’efficacité du drainage. L’exutoire sera en fonction de l’environnement de la carrière un puits perdu, un fossé, ou un talus. En création, il sera intéressant de réfléchir à récupérer les eaux de drainage dans un bassin de reprise pour qu’elles puissent à nouveau servir pour l’arrosage.

Réaliser les drains

Coupe

Le drain est composé d’un tuyau percé appelé drain et de gravier perméable qui laisse passer l’eau avant qu’elle rejoigne le drain proprement dit dans lequel elle est plus rapidement évacuée. Il est recommandé d’utiliser des drains routiers ou drains à cunette plus robustes que les drains agricoles. La largeur de la tranchée devra être au moins 3 fois supérieure au diamètre du drain classiquement 30 cm pour un drain de 100 mm. La tranchée drainante devra être remplie d’un matériau ouvert de type gravier roulé 4/6 ou équivalent.

COUPE-sol-equestre Comment bien drainer une carrière

Protection

De manière générale et particulièrement dans des conditions de sol argileux, on protège la tranchée drainante en en tapissant le fond d’un géotextile.

COUPE-sol-equestre Comment bien drainer une carrière

De manière générale, la réalisation d’un drainage est une affaire de précision. La conformité des pentes, et la précision de pose des drains ainsi que celle de réalisation de raccords sont primordiaux pour l’efficacité de la structure. Une fois bien réalisé et les interfaces avec la couche de travail bien gérées, c’est la garantie d’une carrière utilisable toute l’année et d’un sol sécuritaire et homogène sous les pieds des chevaux

 

En lien

0aucun commentaire

writer

The author didnt add any Information to his profile yet

Laisser un Commentaire