Conseils,

Le portail de prairie un équipement de sécurité, de fonctionnalité

Chaque parc ou paddock hébergeant des chevaux est clos par un ou plusieurs accès fermés par un dispositif de portail. Parfois négligé, le portail demande une attention particulière lors du choix et de son installation pour d’abord permettre de garder les chevaux et / ou les poneys de façon efficace, en sécurité et surtout être parfaitement fonctionnel. En effet, qui n’a jamais perdu son temps et son sang froid avec un vieux portail lourd qui ne ferme qu’avec une vielle longe dont le nœud mouillé ne veut pas se défaire. Ou encore avec un portail qui demande une force herculéenne pour le soulever afin de l’entrouvrir péniblement alors que les chevaux excités, que l’on tient de l’autre main, risquent à tout moment de s’échapper ou de se blesser. Faisons le tour des critères qui vont orienter nos choix à savoir les aspects techniques, économiques et esthétiques mais aussi des astuces et recommandations pour avoir une installation fonctionnelle et durable.

 

Quel portail ? La sécurité d’abord !

Le premier choix à faire pour définir le ou les types de portails à installer est celui de la fermeture, trancher entre la fermeture physique ou la fermeture électrique. La fermeture physique sera toujours plus sécuritaire qu’un simple cordon électrique d’autant que les deux peuvent être combinés. En effet, de cette façon les chevaux ne peuvent pas venir pousser contre le portail même s’ils sont très motivés pour sortir du paddock.

La question de sécurité est également importante en ce qui concerne le vandalisme ou la négligence. Il est très vivement conseillé d’équiper les prairies non attenantes à l’écurie de portails physiques qui peuvent être fermés de façon sécurisée y compris avec un cadenas. Cela évite les actes de malveillance entrainant la divagation les chevaux jusqu’à la route avec parfois une issue dramatique.

Pour fermer de petits paddocks, le choix se fait essentiellement en fonction de la nervosité des chevaux hébergés. On pourra se contenter de fermeture électrique pour des chevaux calmes alors que pour des chevaux de sang, des étalons ou des jeunes chevaux, un portail physique permettra d’une part de mieux les garder et d’autre part de les manipuler avec plus de sécurité.

En effet, le dernier point important de sécurité est celui relatif à la manipulation des chevaux. Une barrière électrique qui traine voire qui claque par terre (cela signifie qu’elle est mal installée) constitue un risque d’affolement et d’accident malheureusement très courant. On doit la garder en main pour qu’elle soit tendue, mais en tenant en même temps le cheval de l’autre main, ce n’est pas forcément simple ni sécuritaire. A contrario, on peut lâcher un portail en cas de besoin pour le reprendre quelques secondes plus tard sans que la situation ne dégénère.

En résumé, un portail physique se manipule beaucoup plus calmement et en toute sécurité. Il permet de bien mieux contenir les chevaux y compris lors des transits d’un parc à l’autre.

Choix du portail physique : bois ou galva ?

Dans les conditions où un portail physique est installé, on distinguera la nature du portail, bois ou métal : sa largeur, sa hauteur et son mode de fermeture.

  • Le portail bois est un choix esthétique dans le sens où il s’accorde avec la clôture bois. On pourra le choisir avec une crosse façon portail anglais qui donne un certain style et permet de voir de loin en un coup d’œil s’il est ouvert ou fermé. Le portail bois est facilement électrifiable en y vissant des isolateurs et en passant la charnière avec du câble isolé haute tension. C’est très pratique car cela évite de devoir manipuler la clôture électrique. Les dimensions du portail bois sont fixes et son installation doit donc être prévue à l’avance avec le positionnement de poteaux robustes à la distance précise correspondant à l’entraxe choisi.

On choisira de préférence un système de fermeture manipulable d’une seule main. La fermeture rapide est très pratique car peu sensible aux petites variations de hauteur du portail. Attention toutefois lors de l’installation à ce qu’elle dépasse le moins possible au-dessus de la barrière. Si c’est le cas, ne pas lâcher de chevaux avec leur licol dans ce parc car il y a un petit risque qu’ils s’accrochent sur la poignée. Pour éviter cette situation on utilise plutôt une fermeture à pousser.

Quelles dimensions de portail ?

Le choix de la largeur du portail se fait essentiellement selon le tableau suivant :

Largeur du portail Utilisation
1m20 Cheval tenu en main
2m10 Chevaux manipulés 2 par 2
3m Passage d’engin ou passage de chevaux en liberté
1m20 + 3m Passage d’engins / chevaux tenus en main
3m + 2+10 Passages d’engins en courbe serrées
3m +3m Passages d’engins larges en courbe serrées

 

Pour les portails larges, l’utilisation d’une roue Jockey apporte un soutien et évite que le portail ne sollicite trop le poteau sur lequel il est fixé.

La hauteur du portail se choisit en fonction du type de chevaux à garder. On utilise des portails réhaussés pour les paddocks équipés de clôtures hautes (1m60 et +), pour les ronds de longe et ronds d’Havrincourt.

  • Le portail Galva est le choix de la robustesse et de la rusticité. C’est un choix plus « agricole ». Il a l’avantage d’être peu sensible aux intempéries, d’être extensible donc adaptable à des ouvertures de largeur non standardisées mais son esthétique est évidemment moins gracieuse.

L’inconvénient des portail galva destinés aux bovins est leur poids qui les rend difficiles à manipuler par des petits gabarits. Les portails « spécial équins » plus légers sont donc recommandés.

Le système de fermeture automatique des portails galvanisés est particulièrement pratique et permet entre autres une fermeture par cadenas efficace contre les actes de malveillance.

Petit inconvénient du portail galva, il est plus compliqué à électrifier. Cela nécessite de tendre un cordon électrique devant le portail sans qu’il ne le touche. Attention aux poignées de châtaignes !

  • Le portail électrique : économique

Le choix de la fermeture électrique est économique mais à réserver aux chevaux calmes, aux endroit sécurisés et utilisateurs un peu avertis. Pour prévenir les incidents qui pourraient arriver au niveau des portes lorsque l’on sort ou que l’on rentre des chevaux dans un parc, il est conseillé d’électrifier la barrière en amenant l’électricité dans la barrière par le côté poignée. Il faut évidemment qu’elle ne soit pas branchée coté charnière du portail. De cette manière, l’ouverture du portail coupe le courant dans les fils et rubans qui risquent de trainer par terre et de « claquer » ou encore de toucher les chevaux lors de mouvements.

Pour assurer la continuité électrique des deux côté du portail, on réalise le montage ci-dessous :

L’alternative est la trop méconnue Hors’gate qui permet d’une seule main de manipuler l’ensemble des rangs de fil électrique et constitue un intermédiaire entre le portail physique et le portail électrique.

 

En réalité, dans les établissements équestres, nous manipulons quotidiennement énormément de portails et de barrière. Il est donc important que leur montage soit bien réalisé avec notamment des poteaux de section d’autant plus importante et de plus grande longueur que le portail est souple et le sol est meuble (section carrée recommandée). Un scellement béton est recommandé. De cette façon, leur utilisation devient facile et confortable. Assurant ainsi la sécurité des chevaux comme celle de ceux qui les manipulent quotidiennement.

Trouver son portail

0aucun commentaire

writer

The author didnt add any Information to his profile yet

Laisser un Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.